Hamster Zébré

[Curieuse expérience] Libérer ses nénés : ôter – enfin – son soutien gorge !

4 Commentaires

Curieuse expérience : Libérer ses nénés

Ne plus souffrir pour être belle, ou la petite histoire de mes seins libérés (délivréééss !!!)

Par La Fée Lubrique, qui a gentiment accepté de « cross bloguer » avec votre obligée

Laquelle d’entre vous mesdames n’a jamais éprouvé un sentiment de libération en retirant son soutien-gorge en arrivant chez elle le soir? Ce quasi miracle, cette sensation de sortir de la cage de dentelle et d’élasthanne avec lumière divine et chants angéliques claironnant un « AAAAaaaahhhh !!! » de soulagement extrême?

Toi, oui toi qui vois très bien ce que je veux dire par là, toi qui sais qu’on est mieux après avoir retiré ce satané soutif, toi qui as des marques sous les seins et parfois dans le dos ou sur tes épaules parce que même si ce machin est à la bonne taille, ça te lacère la chair, toi tu comprendras peut-être que j’ai pris une grave décision.

Comme une drogue qui pénètrerait dans mon organisme, c’est venu petit à petit. Une heure par-ci une heure par-là, le soir, le week-end, ce vilain soutien-gorge empêcheur de vivre en rond a été relégué aux oubliettes. Et puis j’ai décidé d’écrire un article sur l’histoire des « pressoirs à corps », je me suis documenté, j’ai lu pas mal d’articles. J’ai découvert qu’une étude aurait démontré que les femmes ne portant pas de soutien-gorge verraient leurs seins, non pas se transformer en gants de toilette comme on voudrait bien nous le faire croire, mais au contraire, remonter de quelques millimètres !

« What is the fuck ? » me direz-vous… Et vous auriez bien raison, j’ai eu la même réaction. Mais réfléchissons un peu. Lorsque nous portons un soutien-gorge, nos muscles ne sont pas sollicités, le soutif fait le boulot ! Il le fait bien d’ailleurs hein, push-up, décolletés pigeonnants, moi qui aime les looks pin-up, j’apprécie ce type de formes. Nos nénés sont soutenus, soit. Mais pourquoi ne pas les laisser vivre leur vie de nénés ? Pourquoi sacre bleu faudrait-il qu’ils soient assistés dans cette tâche ? Apparemment ils en sont capables, il suffisait de croire en leur potentiel.

 

fcm

Par-dessus les chiffres et les études se sont ajoutés des réflexions plus profondes. J’avais beau clamer haut et fort telles mes taties féministes de mai 68 que mon corps est à moi, l’était-il vraiment ? Me suis-je approprié mon propre corps ? Etait-ce un ami ou un ennemi ? Le connaissais-je réellement ? Qui devait m’imposer quoi porter et à quel moment ? Qui a dit que les femmes devaient porter absolument un soutien-gorge ? Tant de questions qui bourdonnaient dans ma tête…

L’envie était là. Je n’en pouvais plus de ces pressoirs à corps, j’avais l’impression d’étouffer dans ce bout de carcan moderne. Mais comment passer le pas, moi qui me martelais depuis des années qu’il fallait souffrir pour être belle et qui commençait à faire passer le message à mes ados de belles-filles? Allais-je assumer de sortir les seins « à l’air » ? Et le regard des autres ? J’étais déjà La Fée Lubrique, j’allais ajouter « fille facile » dans mon curriculum. Parce que j’étais persuadée que c’était ce que les gens allaient penser de moi. Ca et le fait que je me laissais aller pour sortir, non préparée, sans soutien-gorge. Bah ouais parce que ça se fait pas quoi. Cachez ce sein que je ne saurais voir comme disait l’autre…

Sauf qu’à défaut de me transformer illico en FEMEN j’allais juste enlever un mini bout de tissu. Rien de plus, rien de moins. Alors j’ai tenté et je suis sortie sans protection. Les premières fois j’ai baissé le regard, mis des vêtements plus amples. Manque de bol avec la bandoulière de mon sac qui passait juste entre les deux collines c’était facilement visible. Au bout de quelques semaines, j’ai fini par moi-même assumer cette sensation que mes seins ballotaient un peu plus qu’à l’ordinaire, que parfois on les voyait pointer. J’ai eu quelques maux de dos supplémentaires le temps que mon corps reprenne le pouvoir puis ils ont disparu.

2515430731_1

Aujourd’hui je me sens plus libre de mes mouvements, je n’ai pas honte de mon corps. Je m’aperçois qu’après 3 mois, libres de toute contrainte soutifaire, mes seins sont plus fermes qu’avant. Une amie à qui j’avouais il y a quelques jours ne plus porter de soutien-gorge m’a même rendue fière d’eux puisqu’elle m’a dit « oh mais ils tiennent bien ! Franchement tu m’aurais rien dit je l’aurais pas vu ! ». Avant j’étais fière de mon décolleté, maintenant je suis fière de mes seins, la différence est subtile mais j’y tiens. Mes seins sont beaux, libres et je suis libre avec eux. J’ai remarqué que les gens que je croise ne me regardent pas, personne ne m’a fait de remarque à ce sujet en tout cas, en gros, tout le monde s’en fout.

Ma mission de réappropriation de mon corps de s’arrête pas là. Le sein libre n’est qu’un début. Au passage pour celles qui se diraient qu’avec une petite poitrine c’est plus simple, je fais un 105D et autant je ne n’ai plus de souci pour trouver un soutif agréable à ma taille puisque je n’en mets plus, autant pour les fringues c’est une toute autre histoire. D’une part, je suis une femme ronde, première difficulté mais j’aime les vêtements, les chaussures, je craque carrément. D’autre part, je ne trouve pas ce que je veux ! Nous sommes en hiver et les couleurs sont d’une tristesse à se pendre à portant de manteaux en promo. Et les matières ? On en parle des matières ? Ça gratte, ça fait transpirer tout ce synthétique, ma peau si douce et si sensible me crie à son tour son besoin de bien-être et de liberté. Alors j’ai envie de créer mes vêtements, des jupes, des tuniques, amples, avec des matières souples et douces parce que je n’ai plus envie de souffrir pour être belle et surtout pour être moi. Des couleurs vives, en été comme en hiver, parce que je suis comme ça, j’aime la couleur, la vie, mon corps et la liberté qu’il prend enfin.

underwear-dance

Aimez-vous 😉

Publicités

Auteur : Camille Serres

Célébrante, consultante, animatrice, j'encourage chacun à exprimer son originalité parce que je suis convaincue que c'est le meilleur moyen d'aller vers un monde plus heureux pour tous !

4 réflexions sur “[Curieuse expérience] Libérer ses nénés : ôter – enfin – son soutien gorge !

  1. Alors être libre de ses mouvements, je ne peux que dire « oui ». Depuis que je pratique la danse des 5 rythmes, il ne m’est plus possible de porter des vêtements qui m’entravent, m’enferment et m’empêchent de bouger. Mais j’ai envie d’aller plus loin que le « tabou » du sans soutien-gorge. On en est plus là je crois. On en est au stade où il nous faut reconquérir le fait que nos seins NE SONT PAS des organes sexuels et, qu’au même titre que les hommes, nous avons le droit d’être torse nue si cela nous chante. Pour moi, un des véritables enjeux de la libération de la femme actuelle se situe ici. Pour le soutien-gorge, j’en porte le plus souvent, je n’en porte pas si j’en ai envie. J’adore voir un de mes décolletés pigeonner sous l’effet d’un push-up ou galber mes seins si je porte un haut moulant. Je ne me sens pas plus emprisonnée que cela. En fait, je crois que cela ne me fait ni chaud, ni froid dans le fond. Du coup, cet article ne me touche que très peu. Il y a juste une chose qui me gêne c’est associer le « sans soutif » à « fille facile ». Non, non, non et non. Je crois qu’on ne peut pas dire « je veux être bien dans mon corps » et continuer à s’emmurer dans ce genre de considérations. Bref, pour conclure, la liberté de mes seins se situe bien ailleurs que le port ou non du soutif. Mes deux cent.

    J'aime

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi, moi il m’arrive d’oublier de mettre un soutif ça me pose aucun problème (vu que dans ma famille on est plutot du genre à se balader en culotte quand il fait trop chaud, dès que quelqu’un arrive hop ! tee shirt et on s’embete pas à mettre un soutif ^^ )
    la seule partie avec laquelle je ne suis pas trop d’accord dans ton article c’est quand tu dis que d’apres une étude, les seins ne tombent pas quand ils ne sont pas soutenus… Mouai… d’apres les photos des femmes des peuplades qui d’utilisent pas de soutif je suis pas trop d’accord…. elles ont pas de beau petits seins rond et haut, les seins finissent pas tomber deja parce que la peau est élastique et qu’un sein, s’il est lourd, ça tire dessus…

    Mais sinon je suis d’accord ! libérons le téton ! déjà parce que les seins, qu’ils tiennent ou pas on s’en fiche l’important c’est qu’on puisse respirer 😉

    J'aime

  3. Bonjour, plus de soutien gorge depuis 10 ans, seins plus fermes qui tiennent mieux avec un 105 D, tous mes kystes ont disparus (opérée deux fois pour des kystes douteux), et je peux faire du sport sans soutien sans aucune douleur… Mes amies qui ont adopté les seins libres ont le même constat avec elles aussi parfois même des seins qui sont remontés ! Un dernière étude très sérieuse a été publiée médicalement en février 2015 par une équipe de cancérologues à l’hôpital de Nairobi et met également en évidence le lien soutien gorge / cancer, avec un groupe témoin de 28% de femmes qui n’en portaient pas (en Afrique ça existe encore!).
    Pour moi et mon entourage il est plus qu’évident que cet accessoire est à supprimer pour sa santé, et absolument inutile pour garder des seins hauts et fermes.
    Vous trouverez ces nouvelles infos dans ce diaporama: http://fr.slideshare.net/Yves971/le-danger-du-soutien-gorge-52

    J'aime

  4. Quel drôle d’animal très singulier que ce hamster zébré! Une femme sans porte-mamelles? Ne plus porter de soutien-gorges?! enfin tu n’y penses pas?! C’est inconcevable pour encore beaucoup trop de femmes aujourd’hui mais pourtant c’est je dirai « la voie de la sagesse »! La société de consommation a bien endormi les esprits et cet accessoire de mode génère sa propre dépendance!

    Je vois que tu es fidèle à ton credo : la curiosité! Une excellente disposition d’esprit en effet, dont beaucoup de gens auraient besoin… Il suffit le plus souvent pour les femmes d’essayer sans a priori de se passer de soutien-gorges (au moins une semaine ou deux hein, sinon c’est plus de la « figuration ») pour se rendre compte que oui, une vie sans soutif est possible, plus agréable et meilleure pour son équilibre corporel et spirituel. On en revient toujours au premier pas qui coûte. Une fois qu’il est franchi, on repense sa façon d’envisager les choses… on apprend 🙂

    Je suis un homme et je fais le constat que les femmes en général ont un gros problème avec la transgression. Elles préfèrent par exemple justement se conformer à certaines injonctions sociales (le SG en est le parfait exemple) plutôt que de marquer leur différence, par peur d’être jugées. Pourtant il n’est pas rare dans la vie de se retrouver avoir raison contre la majorité….. mais dans ce cas précis, tu t’es rendue compte comme beaucoup que concrètement peu de personnes te font des remarques désagréables (et c’est plutôt favorable et encourageant). Je crois que progressivement, d’ici quelques années, on considérera le soutien-gorge très différemment, et la transition est déjà bien amorcée 😉 Vers l’acceptation du corps? Espérons-le!

    Tout ça pour finir sur une page publicitaire (mais sans but financier haha) : j’ai rédigé un blog sur les méfaits des soutien-gorges et les nombreuses raisons de le jeter, il s’appelle http://www.freetheboobies.fr Je rassemble beaucoup de témoignages et de conseils pour aider les femmes à faire le premier pas. J’ajouterai ton article à la liste 😉

    @Doriandre : je te cite : « On en est au stade où il nous faut reconquérir le fait que nos seins NE SONT PAS des organes sexuels et, qu’au même titre que les hommes, nous avons le droit d’être torse nue si cela nous chante. Pour moi, un des véritables enjeux de la libération de la femme actuelle se situe ici. » Tu penses que le fait que les femmes puissent montrer leur poitrine est le pivot clé qui permettra de libérer la femme de certains interdits? de ses chaînes? Je ne critique pas l’idée qu’elle puisse le faire… Mais pour moi hommes et femmes ont aujourd’hui des entraves globalement similaires et bien plus profondes que cela…

    @Poppy : j’explique dans une de mes pages (http://freetheboobies.fr/comment-le-soutien-gorge-fait-tomber-les-seins.php) pourquoi lier l’absence de soutien-gorge et l’état de leur poitrine est une erreur. J’espère Poppy que tu me lira 😉

    à bientôt et bonne continuation!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s